Contexte et Justification

A l’instar du reste du continent, l’Afrique de l’Ouest fait face à des défis importants  liés : (i) à une croissance démographique soutenue, (ii) à la forte incidence de la pauvreté, (iii) à la dégradation des ressources naturelles, (iv) à l’insécurité et aux conflits, (v) à l’exode rural et au sous-emploi urbain.

Dans ce contexte, les enjeux du développement agricole et rural ont trait à :

  • la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population rurale et urbaine ;
  • la gestion durable des ressources naturelles ;
  • la création d'emplois et la diversification des revenus ;
  • l'amélioration du cadre de vie en milieu rural ;

A l'initiative des ruraux eux-mêmes, des collectivités locales et de programmes de développement spécifiques, des initiatives multiples se construisent autour de ces enjeux. Elles concernent  notamment :

  • l’augmentation des productions agricoles afin d'améliorer l'offre alimentaire au plan quantitatif et qualitatif ;
  • la mise en œuvre de pratiques agricoles adaptées et prenant en compte les aléas climatiques ;
  • la mise en œuvre d’une approche de développement territorial permettant une meilleure valorisation des ressources agro écologiques et des savoir-faire locaux en milieu rural ;
  • l’amélioration des conditions de mise en marché des produits garantissant la création d'une valeur ajoutée locale aux productions des exploitations familiales à travers des investissements productifs conséquents;
  • le développement d’infrastructures dans le domaine de l’hydraulique, de l’assainissement, du transport, de l’éducation, de la santé, de la vie culturelle et sportive.

Des résultats significatifs sont obtenus, même si pour la plupart, leur pérennisation et mise à l’échelle ne sont pas assurées. Deux enseignements peuvent être tirés de ces constats :

  • il existe des éléments de réponse aux défis auxquels sont confrontées les sociétés rurales ;
  • la construction de réponses efficaces et durables suppose la mise en œuvre de politiques publiques capables de soutenir, d’articuler et d’amplifier ces expériences en mobilisant toutes les ressources nécessaires.

Ces défis ont été au cœur de l’engagement de Jacques Faye au cours de sa carrière de chercheur à l’ISRA et au CIRAD et de conseiller du Conseil national de Coopération et de Concertation des Ruraux (CNCR). Chercheur rigoureux, militant passionné et infatigable de l’agriculture paysanne et défenseur opiniâtre du monde rural, ses activités de recherche et de conseil, ses prises de position dans le débat public en faveur de l’agriculture familiale ont eu pour objectif d'influer sur les politiques de développement agricole et rural au Sénégal et en Afrique de l’Ouest.

Jacques Faye a consacré les dernières années de sa vie à la création et au fonctionnement de l'IPAR (Initiative Prospective Agricole et Rurale), un Think tank dont les recherches et la réflexion prospective sont destinées à alimenter le dialogue et la concertation des acteurs sur les politiques publiques.

Dans le contexte actuel, la découverte de pétrole et de gaz au Sénégal, ouvre des perspectives de ressources additionnelles qui devraient permettre de réaliser des investissements productifs dans les secteurs prioritaires de l’économie nationale dont l’agriculture est un des principaux moteurs.

Dans le but d’actualiser la réflexion pour prendre en charge ces questions, l'IPAR a décidé d'organiser, en partenariat avec le CNCR, l’ISRA, le CIRAD et d’autres partenaires, une rencontre internationale centrée sur l'avenir des exploitations familiales dans le contexte d’une intégration progressive des politiques africaines et d’une économie de plus en plus mondialisée

Objectifs de la rencontre

Il s’agira au cours de cette rencontre

  1. d’identifier et d’analyser (i) les évolutions en cours et les défis auxquels sont confrontées les exploitations familiales et les sociétés rurales, (ii) les réponses apportées et les résultats obtenus et (iii) le positionnement et les stratégies développées par les différents acteurs.
  2. de créer entre les différents acteurs concernés par l'élaboration et la mise en œuvre de réponses aux défis et enjeux identifiés, les conditions d’un débat fructueux, porteur de solutions pragmatiques. Pour être inclusif et participatif, ce débat devra mobiliser, outre les chercheurs, les politiques, les élus à différents niveaux, le secteur privé, les producteurs ruraux et leurs organisations, les partenaires au développement. Les analyses et débats devront permettre d’approfondir la réflexion en mettant l’accent sur les transformations structurelles de l’agriculture, et notamment des agricultures familiales, sur les conditions de leur modernisation et sur la présentation d'expériences et de solutions innovantes pour le développement agricole.
  3. de rendre hommage à Jacques Faye, en mettant en évidence la qualité et l’originalité de son apport scientifique ; sa capacité à allier exigence scientifique et recherche de l'utilité sociale, à travers notamment son engagement  dans le renforcement du rôle des organisations paysannes et des collectivités locales dans la définition et la mise en œuvre des politiques publiques

Contenu de la rencontre

La rencontre comprend trois parties : une première partie concernerait l'hommage proprement dit à Jacques Faye (une demi-journée pourrait y être consacrée), la deuxième partie sera consacrée au contenu thématique et les enseignements à tirer pour éclairer les décisions politiques et la troisième sera réservée à la visite de l’Ile de Gorée.

L'hommage à Jacques Faye

Cet hommage est organisé autour de la présentation de l’homme et de son apport  sur des questions portant sur (1) la problématique du foncier, (2) les agricultures/exploitations familiales (3) le renforcement et l’appui aux organisations paysannes en tant qu'acteurs institutionnels et politiques  et (4) l'animation d'équipes de recherche Chacune de ces questions sera animée par deux personnes dont un Sénégalais et il s’en suivra un débat. Cette animation sera précédée d’un témoignage  d’une à deux minutes évoquant un souvenir de l’homme.

Le comité scientifique

Dr Taib Diouf, Président Ancien directeur de l’ISRA, ancien coordinateur régional WWF International
Dr Adama Faye Ancien directeur de la coopération sénégalo-suisse (IPAR)
Dr Ibrahima Hathie Directeur de recherche à IPAR, ancien responsable chaîne de valeur du projet de croissance économique de l'USAID
Dr Aysatou Ndiaye Sociologue, chercheure
M. Alain Mbaye Chargé d’études et de projets à l’IPAR, ancien chargé de programme à la coopération sénégalo-suisse
Léopold Sarr Consultant en développement rural, ancien chargé de programme au FIDA
Professeur Sidy Mohamed Seck Professeur de géographie (UBG)
M.Mamadou Cissokho Président d’honneur du CNCR et du ROPPA
Dr Oussouby Toure Sociologue rural, expert foncier
Dr Marie Rose Mercoiret Chercheure au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD)
Cheikh Sourang ….
Dr Philippe Lavigne Delville Anthropologue, Directeur de recherches (IRD)
Dr Pape Nouhime Dièye Economiste, (USAID)
Dr Souwadu Sakho Jimbira Economiste ( FIDA), ancienne responsable du projet ODD à l'IPAR
Mme Géraldine Tardivel Experte en gouvernance territoriale, développement durable et financements innovants (FAO)